Comment aider votre enfant à surmonter l’anxiété liée aux examens

Comment aider votre enfant à surmonter l’anxiété liée aux examens

 

À l’approche du premier trimestre scolaire dans tout le pays, de nombreux élèves ressentent le stress des travaux de semestre, des projets et des examens finaux. Développer des stratégies saines et efficaces pour les devoirs et les études est essentiel pour la gestion du stress et la réussite scolaire. Voici quelques conseils pour les étudiants et les parents afin de surmonter l’anxiété liée aux tests de l’experte, Laura Paret PhD, psychologue pour enfants et adolescents.

 

Vous trouverez dans cet article comment aider votre enfant à surmonter l’anxiété liée aux examens.

Comment coacher votre enfant à travers l’anxiété liée aux tests

 

Faire un plan 

 

Beaucoup de gens, étudiants et parents, sont friands de faire des listes de choses à faire. Faire un bon plan peut aider à la fois la concentration et la productivité. Découpez les tâches ou le matériel d’étude en sections gérables, en estimant le temps que prendra chaque tâche. Comparez le temps estimé par vous ou votre enfant avec le temps réel de la tâche pour mieux planifier à l’avenir.

 

Travaillez par blocs de temps (15 minutes, 30 minutes, 45 minutes) et accordez-vous, à vous ou à votre enfant, 5 à 10 minutes de pause complète lorsque le minuteur se déclenche. Notez que se lever et bouger, écouter une chanson ou prendre un verre d’eau pourraient tous être plus utiles et réparateurs que le temps passé devant l’écran !

 

Construire la résistance mentale avec des techniques de dialogue avec soi-même et de relaxation 

 

Etudier dans un environnement optimal, que ce soit seul et en silence, avec de la musique forte ou avec un tuteur ou un pair. Utilisez l’environnement externe qui fonctionne le mieux pour vous ou votre enfant pour rester concentré. En interne, déterminez quel type de discours d’adaptation vous aide le plus, vous ou votre enfant, par exemple : “Tu peux t’en sortir” ou “Tu as déjà été aussi stressé et le test s’est bien passé”. Les rappels des forces fondamentales (par exemple, l’honnêteté, l’humour ou la convivialité) peuvent également vous aider, vous ou votre enfant, à vous sentir plus ancré et confiant face à la pression scolaire.

 

De plus, les techniques de relaxation, telles que la respiration abdominale, l’imagerie visuelle et les stratégies de relaxation musculaire, sont vos amies ! Ce sont des techniques que vous ou votre enfant pouvez utiliser pour combattre les sensations physiques d’anxiété ou de stress. Déterminez celle qui fonctionne le mieux pour apaiser l’inconfort et pratiquez-la 3 à 5 fois par jour afin que vous ou votre enfant soyez prêts à utiliser cette compétence pour vous calmer en cas de besoin.

 

Ce site propose de nombreuses vidéos de formation et des clips audio formidables pour vous aider, vous ou votre enfant, à déterminer ce qui fonctionne le mieux pour vous. Pratiquez, pratiquez, pratiquez !

 

Soyez attentif et compatissant envers vous-même et les autres

 

Les pensées négatives sont difficiles à défier le jour du test, mais rappelez-vous que les pensées ne sont que des pensées, pas nécessairement des faits ! Remettez en question les pensées apocalyptiques en remarquant les pensées inutiles et en faisant preuve de compassion envers vous-même ou envers l’expérience de votre enfant. Faites attention à la différence entre la compassion et le réconfort. Le réconfort peut parfois donner l’impression d’être dédaigneux, par exemple “Tout ira bien”, alors qu’il faut faire preuve de compassion pour soi-même ou pour son enfant, par exemple, ” N’importe qui ressentirait ce que tu ressens en ce moment, mais essaie de ne pas être dur avec toi-même ; tu fais du mieux que tu peux compte tenu des circonstances.”

 

J’espère que ces conseils sur la façon de coacher votre enfant à travers l’anxiété de test vous seront utiles.  Avez-vous essayé l’un de ces conseils pour surmonter l’anxiété des tests ? Lesquels sont vos préférés ?

 

N’oubliez pas que si ces stratégies ne semblent pas fonctionner et que le fait de gérer l’anxiété interfère avec les performances scolaires, il peut être utile de consulter un conseiller d’orientation ou un psychologue. Environ 10 % des jeunes élèves présentent une anxiété cliniquement significative. Essayez ces stratégies et si vous ou votre enfant éprouvez encore des difficultés, n’hésitez pas à chercher une aide supplémentaire.  

Tags:

Rejoignez nous

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin